Communiqué | Affaire du miel frelaté : pour la Commission européenne, informer les consommateurs, c’est « aller trop loin » !

En s’opposant à une mesure de bon sens simplement destinée à offrir une information complète sur l’origine des miels achetés, la Commission européenne délaisse la protection du consommateur et perpétue un système d’étiquetage favorisant les tricheurs.

Pour une politique européenne de la forêt

Proposer une croissance sylvicole saine et de long terme, protéger les travailleurs forestiers contre le dumping social : l’Union Européenne en a largement les moyens. Mais elle n’en a pas pour l’instant l’ambition. Pire encore, aveuglée par l’idéologie du libre-échange généralisé, elle contribue à appauvrir le patrimoine forestier sur le reste de la planète.