L’UE doit soutenir le peuple tunisien

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
La situation politique en Tunisie est très préoccupante. Eprouvée par une crise sanitaire, et une crise économique et sociale persistante depuis les révolutions arabes de 2011, le pays s’enfonce dans l’incertitude. Depuis le début de l’été, la société tunisienne subit un blocage grave du système politique et institutionnel.

Le 25 juillet dernier, le président Kaïd Saïd, élu à la tête du pays en 2019, a limogé le Premier ministre, son gouvernement et gelé les activités du Parlement, consacrant tous les pouvoirs entre ses mains. Le Président s’est justifié contre le péril du « blocage des horizons » dû à la balkanisation du Parlement et la difficile entente dans la coalition au pouvoir menée par Ennahda. Il a également lancé plusieurs offensives anticorruptions, notamment contre les « 460 » hommes d’affaires accusés de détournement de fonds (pour 4 milliards d’euros) sous le régime de Ben Ali. Une enquête avait aussi été ouverte peu avant contre plusieurs partis, dont Ennahda, soupçonnés de financement étranger de leur campagne électorale en 2019.

Bien qu’initialement prévus pour durer 30 jours, le Président a décidé de prolonger les pouvoirs d’exception sans date de finIl n’y a pas de réel gouvernement nommé, ni de feuille de route affichée. Depuis, les assignations à résidences de députés, de juges, des militants anti-corruption se multiplient.
 
Refusant de faire face à des élections anticipé, le président nomme Najla Bouden Romdhane comme première, Najla Bouden Romdane chargée de former un nouveau gouvernement le 29 septembre dernier. Une décision historique puisque cette dernière est la première femme à occuper ce poste en Tunisie, et plus globalement dans le monde arabe. Pourtant, à ce jour, la situation ne s’enlise et la population en paie le prix fort.

Face à ces derniers évènements qui fragilisent la population, le Parlement européen doit apporter son soutien indéfectible. Pour cela, il ne doit surtout pas sanctionner le pays, mais amplifier son appui, notamment financière, pour aide le peuple tunisien qui en a bien besoin.

mes derniers articles

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.