Lien
©Philippe Martin

Il faut protéger la séparation des Églises et de l’État

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Lien
©Philippe Martin

Initialement destiné à prolonger et renforcer les responsabilités de « l’envoyé spécial pour la promotion de la liberté de penser, de conscience et de religion hors de l’UE », ce rapport voulu par le PPE a fait l’objet de modifications substantielles par voie d’amendements, grâce auxquelles j’ai pu finalement m’abstenir plutôt que voter contre.

 Il était en effet à craindre que l’extension des missions et les financements spécifiques de cet « envoyé spécial » devenu « représentant spécial », figent son mandat dans la seule promotion de la liberté de religion, du « dialogue interreligieux » et autres renforcement de l’intervention des religieux, notamment les représentants des Églises chrétiennes, dans la conduite de la politique étrangère de l’Union.

Mais grâce à la mobilisation des organisations laïques, les députés de gauche ont réussi à rééquilibrer le texte en y incluant les principes fondamentaux de la séparation des Églises et de l’État, la nécessaire protection des croyants mais aussi des non-croyants ; et l’exercice du droit de critiquer les religions, y compris le droit au blasphème.

Nous devons néanmoins demeurer très vigilants face aux risques d’une institutionnalisation croissante des Églises dans le champ politique européen, toujours en filigrane.

mes derniers articles

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.