Lien

Pourquoi j’ai voté pour la directive sur la réduction de l’impact des plastiques sur l’environnement

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Les rejets de déchets plastiques dans les océans ont pris des proportions si démesurées qu’on parle aujourd’hui de la formation d’un septième continent. En effet, chaque minute des dizaines de tonnes de ce produit dérivé du pétrole sont déversés, puis s’agrègent en gigantesques plaques flottant à la surface de l’eau.

La production mondiale de plastique, exponentielle depuis son développement commercial initié au début des années 1950, avoisine 350 millions de tonnes, dont 65 millions produites au sein de l’Union européenne. Au moins 15% finissent en mer, particulièrement les produits plastiques à usage unique tels que les couverts, les assiettes, les pailles, les touillettes, les sacs légers, certains emballages.

La nouvelle législation en interdirait la vente au sein de l’UE à partir de 2021 et introduirait des mesures de réduction pour couvrir les déchets plastiques issus des produits du tabac (les filtres à cigarettes dégénèrent en micro-plastiques).

Enfin, dans le prolongement des grandes lignes adoptées en juin pour le développement de l’économie circulaire, il convient de favoriser l’écoconception et l’inclusion du plastique recyclé en assurant une teneur minimale pour certains produits de grande consommation.

mes derniers articles

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.