« Affaire Oettinger : quand l’indécence s’ajoute à l’outrance »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

gunther-oettinger

Communiqué de presse d’Emmanuel Maurel
Député européen, Membres de l’Alliance progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen

L’encombrant héritage de la Commission Barroso n’en finit plus de saper les efforts de ceux qui veulent re-légitimer l’Union européenne.

Nommé commissaire européen en 2010 par Angela Merkel qui ne rêvait que de se débarrasser de cet allié gênant, Gunther Oettinger s’est fait récemment remarquer par ses saillies insultantes – mélangeant racisme, homophobie, sexisme et mépris des processus démocratiques, en qualifiant notamment les Wallons de « communistes » ou les Chinois de « bridés ».

Alors que Jean-Claude Juncker s’apprête à le promouvoir Vice-président de la Commission européenne en charge du Budget et des Ressources humaines, M. Oettinger voit son nom cité dans un nouveau scandale. En totale violation des règles d’éthique applicables aux Commissaires européens (interdisant notamment d’accepter les dons d’un montant supérieur à 150€), il se serait rendu à Budapest dans un jet privé appartenant à un lobbyiste proche du Kremlin (et à ses frais), à l’invitation de Viktor Orban.

S’ils s’avéraient, ces nouveaux soupçons porteraient un coup insupportable à ceux qui se battent pour une Europe plus démocratique et plus transparente. Si le Président de la Commission ne prend pas ses responsabilités, et si M. Oettinger n’a pas assez d’honneur pour démissionner, je ne doute pas que mes collègues parlementaires auront à cœur de rejeter la promotion de cet individu.

mes derniers articles

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.