Parlement européen: la commission du commerce international défend la banane des Outre-mer

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans le cadre de l’accord de libre-échange UE/Pérou, Colombie, Equateur, la commission du commerce international du Parlement européen a voté un amendement déposé par quatre députés des Régions ultrapériphériques (RUP, nom donné aux outre-mer de l’Union européenne) visant au “déclenchement automatique d’une clause de sauvegarde” pour la banane ultramarine, a indiqué le député européen Younous Omarjee (PC) dans un communiqué.

“La question des clauses de sauvegarde pour les productions des RUP, et de leur déclenchement automatique en cas de dépassement des volumes d’importations concédés à taux réduits pour un nombre croissant de pays, fait partie d’une des lignes de défense majeure des RUP dans les accords commerciaux de libre-échange”

banane_pe“Nous refusons que la Commission européenne jette en pâture nos producteurs d’outre-mer face à la concurrence”
Dans un autre communiqué, le député européen Louis-Joseph Manscour (PS) a rappelé que l’Équateur, gros producteur de bananes,”négocie actuellement avec l’Union
européenne un tarif douanier à la baisse pour exporter ses bananes au sein du marché communautaire”. Mais “la commission du commerce international du Parlement européen s’est exprimée en faveur d’une modification du règlement sur le mécanisme de stabilisation pour la banane, créé lors des négociations commerciales entre l’UE et les pays de la Communauté Andine (Colombie, Équateur et Pérou), et ce, afin de mieux protéger les producteurs de bananes des régions ultrapériphériques”.

“Nous refusons que la Commission européenne jette en pâture nos producteurs d’outre-mer face à la concurrence internationale”, a dit Louis-Joseph Manscour dans son communiqué. “Nous demandons un renforcement des mesures protectrices existantes face à ces gros producteurs de bananes, qui ne respectent pas les normes sociales et environnementales européennes et par conséquent bénéficient de coûts de productions dérisoires comparés à la banane antillaise.”

Les pénalités sur certains pays d’Amérique latine n’ont jamais été appliquées

Le mécanisme de stabilisation prévoyait “de pénaliser certains pays producteurs de bananes d’Amérique latine, qui auraient dépassé leurs seuils d’exportation sur le marché communautaire”, mais il n’a “jamais été appliqué”, a précisé le député européen PS Emmanuel Maurel dans le même communiqué. Avec ce vote, “le Parlement souhaite que le tarif préférentiel concédé aux pays Andins soit automatiquement suspendu, dès que les importations de bananes en provenance de ces pays dépassent un certain seuil”, a-t-il ajouté.

mes derniers articles

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.