Synthèse de l'étude du Parlement européen sur l'austérité et les droits fondamentaux

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Etude-minEn réponse à la crise économique qui les a frappés à partir de 2007, les États membres de l’Union européenne furent invités à intervenir pour venir au secours des banques en faillite. Quelques mois plus tard, dans l’objectif de réduire la dette accumulée en conséquence et de maîtriser davantage la dépense publique, furent instaurées des mesures d’austérité – parfois très douloureuses – dans la plupart des États. De manière de plus en plus manifeste, cependant, des experts et des organisations internationales remettent en question l’efficacité de ces programmes. Au-delà de ces interrogations, il s’avère que la crise, et les réponses qui y ont été apportées, ont à la fois fragilisé les droits fondamentaux des individus et entamé la capacité des États membres à protéger ceux-ci. La crise financière s’est bel et bien transformée en une crise, plus globale, des droits de l’homme. Selon les termes de l’étude comparative, “l’aggravation de la crise, accompagnée de mesures d’austérité, peut être perçue comme une menace portée à six décennies de solidarité sociale, d’intégration économique et de protection des droits de l’homme en Europe”

Téléchargez également l’étude complète

mes derniers articles

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.