La tête de liste PSE en visite dans la Vienne

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Article paru dans Centre Presse. Le territoire de la circonscription ouest, constitué des régions Bretagne, Pays de la Loire et Poitou-Charentes, représente 1/6e de la superficie de la France et quelque 9 millions d’habitants. La tête de liste, Isabelle Thomas, 53 ans, accompagnée d’Emmanuel Maurel, 40 ans, numéro 2 et de Françoise Mesnard, 53 ans, n° 3, était, hier, dans le département de la Vienne et à Saintes à la rencontre des habitants, des chefs d’entreprises et des chercheurs avec la visite du laboratoire Écologie, évolution symbiose de l’université de Poitiers.

Les candidats, qui s’inscriront sous l’étiquette PSE (Parti socialiste européen), ont annoncé, lors d’une conférence de presse, leurs priorités si leur parti devient majoritaire : « La révision de la directive des travailleurs détachés (NDLR. Les hommes et femmes d’un autre pays de l’union européenne qui viendront travailler en France seront payés et contrôlés comme les Français) et l’instauration d’un salaire minimum pour éviter la concurrence entre les travailleurs », assure, la députée européenne sortante Isabelle Thomas. Elle promet également « une politique de relance dans le domaine de la transition énergétique, créatrice d’emplois, et la relocalisation des impôts. » Pour cette dernière mesure, cela concerne les entreprises qui devront payer leurs impôts là où elles réalisent leur chiffre d’affaires. Et ceci sur l’ensemble du territoire européen qui réunit 28 pays.

Alors que les sondages annoncent un taux d’abstention record, pourquoi les citoyens se déplaceraient pour aller voter le dimanche 25 mai ? « Parce que c’est la première fois que les électeurs vont choisir le président de la commission », explique Emmanuel Maurel. « Ce sera en fonction des résultats européens. » Le maître de conférence en droit constitutionnel rappelle que les élections européennes sont des « élections du quotidien à l’instar des municipales. » Ce qui se décide à Strasbourg et à Bruxelles, c’est « le contenu de notre assiette notamment. »


photo-Emmanuelmaurel-FB


Article à retrouver sur le site de Centre Presse

mes derniers articles

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.