Politique de classe

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

On ne le dira jamais assez : le passage au quinquennat combiné à l’inversion du calendrier électoral restera dans l’histoire de la Vème République comme l’initiative la plus désastreuse prise par la gauche en matière institutionnelle.
Ce dispositif anti-cohabitation constitue l’ultime étape d’un ralliement aux institutions gaullistes dans ce qu’elles ont de plus néfastes. Au nom de la cohérence politique, la gauche s’inscrit dans une logique qui lui a longtemps été étrangère : la personnalisation absolue du pouvoir et l’effacement du législatif derrière l’exécutif. Tout procède désormais de la présidentielle, les élections législatives apparaissant comme une formalité ayant pour seule vocation de confirmer le résultat de celle-ci.

Dès lors, après la victoire de Sarkozy, le candidat de la gauche à la députation rame sérieusement, contraint d’appeler les électeurs à démentir en juin ce qu’ils ont décidé en mai. Et le seul argument de type démocratique ne suffit pas. Adjurer les citoyens « à ne pas mettre tous les œufs dans le même panier », c’est juste mais pas suffisant. Au-delà du combat contre une concentration excessive du pouvoir, il faut en revenir en fondamentaux. Et alerter notre base sociale sur des sujets qui la concerne au premier chef.

 Sarkozy et Fillon nous en offrent l’occasion. Dans le domaine économique et social, les nouveaux maîtres ne dissimulent rien de leurs intentions. Ainsi, les mesures fiscales qu’ils promettent de faire voter dès le début de la mandature brillent par leur univocité. Bouclier fiscal, suppression des droits de succession, exonération de la résidence principale dans le calcul de l’ISF, baisse de l’impôt sur les sociétés, déductibilité des intérêts d’emprunt pour les nouveaux propriétaires. Autant de dispositifs qui ne concernent en réalité qu’une minorité de Français.

Rappelons que seuls 400.000 ménages profiteront de l’abaissement du bouclier fiscal à 50%. Rappelons également que l’exonération des droits de donation et de succession ne favorisera que les 15 % de Français les plus fortunés (les autres étant déjà exonérés compte tenu de leur patrimoine modeste, ou pas concernés car…sans patrimoine !).  10 % des ménages détiennent 50 % du patrimoine : voilà la seule clientèle qui pourra se satisfaire des mesures gouvernementales !  Incroyable culot de ceux qui prétendent réhabiliter le travail et qui commencent par favoriser l’héritage et la rente !

Cette politique de classe (comment l’appeler autrement ?) a un deuxième volet : les réformes du code du travail. Le dégrèvement de cotisations sociales et d’impôt sur les heures supplémentaires ne bénéficiera ni aux travailleurs précaires, ni même la majorité des salariés à temps plein qui ne décident pas de leur temps de travail. De même, l’institution d’un contrat de travail unique fragilise les titulaires d’un CDI, puisque, de l’aveu même de ses promoteurs, il s’agit plutôt de généraliser le contrat « nouvelles embauches » à tous les salariés.

 Cadeaux aux plus riches d’une part, précarisation des plus modestes d’autre part. C’est l’ouverture à la mode Sarkozy.

mes derniers articles

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.