Viandes ovines – Des agneaux abattus il y a 3 mois ne sont pas des “produits frais” !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
J'interroge la Commission européenne concernant l'importation de viandes ovines étiquetées "produits frais" dans la grande distribution. J'explique pourquoi ces viandes venant de Nouvelle-Zélande posent un problème de santé publique.

L’Union européenne importe chaque année 228000 tonnes de viande ovine en provenance de Nouvelle-Zélande, dont le marché européen est le premier débouché.

Le transport en bateau de cette viande réfrigérée est possible grâce à un système de conservation longue durée. La « méthode chilled » consiste, en effet, à remplacer l’air par un gaz (du dioxyde de carbone par exemple), et à maintenir la viande au froid.

Ces viandes sont vendues en Europe comme des produits frais, alors que les agneaux ont été abattus entre 3 et 6 mois plus tôt. Or, la date d’abattage n’est pas indiquée sur les produits.

Comment la Commission européenne compte-elle rendre transparente l’information sur ces produits alimentaires, notamment la date de naissance et celle d’abattage ?

Pour rendre la concurrence plus équitable et afin de respecter les objectifs du Green Deal et notamment sa stratégie « de la Ferme à la Table », comment la Commission européenne compte-elle réviser les conditions d’accès au contingent actuel, à droits nuls, ouvert aux viandes ovines néozélandaises ?

L’importation se concentre actuellement sur les morceaux nobles notamment les gigots et non sur des équivalent-carcasse. La Commission compte-elle redéfinir le tonnage par type de pièces ?

mes derniers articles

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.