Lien
© Sebjarod

Le Parlement vient aujourd’hui d’adopter des mesures absolument rétrogrades. La majorité des députés a en effet adopté une série de dispositions qui ont pour objectif de libéraliser un peu plus le secteur du transport routier. Les droits des travailleurs sont encore une fois négligés, puisque ce vote introduit la possibilité que les salariés du secteur routier soient exemptés de la directive sur le détachement.

Emmanuel Maurel, député au Parlement européen et candidat sur la liste de la France insoumise, dénonce ces nouvelles régressions qui démontrent que le projet européen reste enfermé dans une logique de dumping social :

« Bien qu’on nous ait vendu un changement de paradigme avec la directive sur le travail détaché adoptée l’an dernier, censée mieux protéger les droits des travailleurs, nous voyons qu’il n’en est rien. Le texte précédent permettait l’exemption du secteur routier, aujourd’hui maintenue dans un mandat de négociation qui n’est pas à la hauteur des enjeux. On sait pourtant que le secteur routier est un des principaux pourvoyeurs d’emplois détachés.

Nous constatons encore une fois que le discours sur le meilleur encadrement du travail détaché est une voie sans issue. Il faut en finir avec ce dispositif et abroger toute la législation qui permet le détachement des travailleurs. Sans cela, l’idée d’une Europe sociale et solidaire restera un slogan creux. »

Pour Emmanuel Maurel, le combat contre le travail détaché doit se poursuivre tout au long des négociations qui vont avoir lieu avec le Conseil européen. Il appelle à la mobilisation citoyenne et à la rupture avec les traités actuels qui enferment les peuples dans une concurrence effrénée et qui pavent le chemin aux xénophobes.