Lien
©Marcelo Camargo/Agência Brasil

La Commission européenne répète en toutes occasions que non seulement l’Union européenne, mais aussi ses accords de partenariat économique (APE), sont fondés sur des valeurs démocratiques, humanistes et progressistes. Nos institutions font part en outre de leur préoccupation croissante, même si non traduite à ce jour en mesures contraignantes, au sujet des enjeux environnementaux et de leur place au sein des Accords de Partenariat Économique (APE).

Jair Bolsonaro, élu le 28 octobre 2018 Président du Brésil, première puissance économique du MERCOSUR, contredit tous ces principes fondamentaux et lignes directrices.

Les propos ouvertement hostiles de M. Bolsonaro à l’égard des sans-terre, des femmes, des homosexuels, des noirs et des natifs ; son dispositif politique appuyé sur les militaires ; ses bandes armées coupables d’intimidations, d’agressions et d’assassinats ; ses déclarations sur une sortie prochaine du Brésil de l’Accord de Paris et la mise en exploitation agricole et minière de toute l’Amazonie, sont effectivement incompatibles, à mes yeux et ceux de tous les démocrates, avec les valeurs de l’Union européenne.

Quand la Commission annoncera-t-elle l’arrêt complet des négociations en vue de la conclusion d’un APE avec le MERCOSUR ? Précisera-t-elle que dans de telles conditions, aucune négociation séparée avec le seul Brésil ne saurait avoir lieu ?