Question écrite sur la situation en Italie

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

L’Union européenne porte des valeurs humanistes dont le corpus est incarné dans la Charte des droits fondamentaux. Ainsi, il appartient à la Commission européenne d’agir pour protéger les valeurs de l’UE.

Récemment en Italie, un accord de gouvernement a spécifiquement visé l’exclusion de «toute personne (ayant été condamnée au pénal ou jugée pour crimes graves), ou appartenant à la franc-maçonnerie ».

Au nom des valeurs de l’UE, une telle mise en cause de la franc-maçonnerie n’est pas tolérable. De surcroît, la formulation de cet accord est scandaleuse et inacceptable. La Franc-Maçonnerie, forte de siècles d’engagements humanistes, tolérants, et respectueux des lois des Etats membres défend la démocratie.

En l’espèce, cette déclaration contrevient aux principes de l’UE, notamment de « libertés » et « d’égalité » (Titres II, chapitres 10 et 12 et III, chapitres 21 et 22, de la Charte des Droits fondamentaux).

Dans la mesure où toute clause visant des Francs-Maçons viendrait à être maintenue ou à se reproduire, une réaction de la Commission européenne est nécessaire.

Afin de parer à toute tentative en ce sens, il importe donc que la Commission européenne puisse, dès maintenant, défendre ses valeurs fondamentales en refusant toute discrimination à l’égard des Francs-Maçons.

La Commission européenne peut-elle indiquer comment elle entend procéder ?  

 

mes derniers articles

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.