Question écrite : opportunité de législation communautaire visant à protéger les consommateurs face au développement de pratiques addictives de type “pay-to-win” dans les jeux vidéo

Le modèle économique des jeux vidéo privilégie actuellement l’insertion grandissante d’offres de type “pay to win”.

D’après de récentes études, les éditeurs de jeux vidéo retireraient jusqu’à 25% de leurs revenus par le biais de cette technique – matérialisée par des offres d’achat de “loot boxes”.

En achetant une “loot box”, le joueur espère par exemple un franchissement de niveau, ou l’acquisition d’une fonctionnalité décisive pour le gain de la partie.

L’incitation est d’autant plus forte que le joueur ne sait pas à l’avance ce qui se trouve dans cette “loot box”.

Il est donc tenté de répéter l’achat autant de fois que nécessaire à la découverte de la bonne fonctionnalité: le jeu vidéo revêt ainsi une dimension de jeu d’argent et de hasard.

Or les jeux d’argent et de hasard présentent des risques d’addiction, particulièrement auprès de publics vulnérables comme les jeunes, grands consommateurs de jeux vidéo.

Certains Etats-membres ont interrogé leurs instances régulatrices au sujet de ces risques. La presse spécialisée s’en est également fait l’écho.

Afin d’accroître l’aptitude des consommateurs à défendre leurs intérêts, notamment via des mesures visant à éviter les risques pour leur santé, faut-il envisager une législation communautaire encadrant ces techniques de “pay-to-win”?