Lien
©kloniwotski

Les prêts non performants constituent l’un des principaux risques qui menacent encore le système bancaire européen. On qualifie de non performant un prêt dont l’emprunteur est incapable d’honorer les échéances, qu’il s’agisse du paiement des intérêts ou du remboursement du capital. Lorsque le retard de paiement dépasse 90 jours ou lorsqu’il apparaît peu probable que l’emprunteur rembourse son prêt, celui-ci est classé dans la catégorie des « prêts non performants ».

Ce rapport de Lange et Gualtieri sur la proposition de règlement est très préoccupant. Il reprend l’encouragement à l’utilisation de fonds vautours et de mécanismes de titrisation afin de transférer ces créances pourries de la dette des bilans des banques vers le secteur bancaire opaque et non réglementé. Encore une façon d’accroître le risque systémique ! De plus, ces fonds et les banques pourront saisir les biens de leurs clients sans recourir aux tribunaux !

Tous ces textes bafouent les droits des emprunteurs et ne font que cacher la poussière sous le tapis, pour qu’elle réapparaisse à la prochaine crise financière. Ils ne répondent pas du tout aux problèmes des pays du Sud de l’Europe, où les taux de créances pourries sont très élevés. J’ai naturellement voté contre.