Ce que j’ai voté à la dernière session à Strasbourg (session plénière de mai)

Retrouvez toutes mes explications de vote au Parlement européen pour la session plénière de mai.

Explication de vote – résolution sur le renouvellement de l’autorisation de produits contenant du maïs génétiquement modifié GA21

Le « GA21 » est un maïs génétiquement modifié pour lui conférer une tolérance au glyphosate. Il est sur le marché européen depuis 2008 et nourrit aussi bien les humains que les animaux.

La modification du génome du maïs afin de le rendre tolérant au glyphosate permet aux agriculteurs qui le cultivent d’utiliser bien plus d’herbicides que dans le cas d’un maïs naturel.

Si l’avantage économique est indéniable (à court terme) pour les rendements, l’inconvénient sanitaire est démesuré, puisqu’il est prouvé scientifiquement que le glyphosate est un « cancérigène probable » et que son incidence néfaste sur la biodiversité et l’environnement est largement documentée.

Les autorités sanitaires européennes (European Food Safety Agency) n’ont pourtant pas émis d’objection au renouvellement de l’autorisation de mise sur le marché du GA21.

Cette attitude est d’autant plus grave que certains Etats membres ont observé des négligences de la part de l’EFSA dans la collecte des informations en amont du rendu de son avis.

Si la Commission maintenait sa volonté de renouveler le GA21 sur une telle base, elle contreviendrait donc non seulement à la législation en vigueur (notamment le règlement de 2002 visant à assurer un haut niveau de protection de la vie et de la santé des personnes) et sèmerait dans l’opinion publique un fort doute sur les motivations réelles de sa décision.

Dans ces conditions, il est impératif et urgent que la Commission retire son projet de renouvellement de l’autorisation du GA21 et, plus généralement, suspende toute décision d’exécution relative aux demandes d’autorisation d’organismes génétiquement modifiés.

 

Explication de vote sur le rapport annuel « Mise en œuvre de la politique commerciale commune »

Ce texte fait le point sur la mise en œuvre de la politique commerciale de l’Union dans un cadre de bouleversements majeurs du contexte international : retrait des USA du cadre multilatéral, Brexit, explosion du e-commerce et accroissement de la part des services dans le commerce mondial, interrogations générales sur les finalités du libre-échange…

Le rapport nous invite en outre à nous saisir pleinement d’enjeux spécifiques aux intérêts européens, tels que la reconnaissance des indications géographiques, l’équité dans l’accès aux marchés publics et l’inclusion de mesures en faveur des PME.

Enfin, la rapporteure insiste sur la nécessaire amélioration de la transparence, particulièrement durant la phase de négociations des accords de libre-échange ; et met l’accent sur une notion il y a peu taboue, mais qui progresse dans les esprits : la réciprocité, indispensable aux relations commerciales de notre temps.

Mais la philosophie générale ne varie guère… l’Union européenne demeure enjointe de poursuivre, malgré tout, dans la voie du libre-échange. Embellir cette antienne de considérations sur « un commerce en accord avec les intérêts des entreprises et des citoyens », « équitable pour tous » ou fondé sur des « principes communs » n’aura hélas que peu de prise sur le réel.

ABSTENTION