Explication de vote « stratégie européenne pour la promotion des cultures protéagineuses »

 

J’ai voté pour ce rapport, présenté par mon camarade Jean-Pau Denanot.

En effet, une stratégie européenne pour développer la culture des protéines végétales s’impose à l’Union européenne, qui importe la majorité de son approvisionnement, le plus souvent sous forme de soja génétiquement modifié.

Cette dépendance vis à vis des pays tiers n’est tenable ni du point de vue de la sécurité alimentaire, ni au plan environnemental : elle entraîne des dommages irréversibles pour la biodiversité à l’image de la déforestation, mais représente également une empreinte carbone considérable !

Il est indispensable que ce « plan protéines » de moyen et long-terme valorise les cultures riches en protéines, mais aussi les surfaces fourragères et en herbe ! Les incitations à la production de plantes fixatrices d’azote doivent être au cœur de la future PAC, déclinées à travers un ensemble de mesures comme les aides couplées, les associations de culture, et une aide aux services écosystémiques.

Après la déclaration sur le soja européen au Conseil, le Parlement européen envoie un signal fort : la Commission doit entendre cette urgence !