Explications de vote – Session plénière de Septembre

Résolution sur l’avenir du programme Erasmus+

La résolution du Parlement européen vise à dresser le bilan du programme Erasmus +. Elle souligne le plein succès du programme Erasmus+ en tant qu’outil de mobilités et de coopérations dans les domaines de l’éducation, de la formation, de la jeunesse et du sport ; et de ce fait, la capacité du programme à former des citoyens européens attachés aux valeurs communes. Cette capacité doit être préservée ; et nous souhaitons un renforcement de la dimension inclusive et l’accessibilité du programme afin de permettre la participation d’un plus grand nombre de jeunes, y compris parmi les plus vulnérables. Cela passe notamment par un budget à la hauteur du potentiel du programme, par la simplification des procédures de gestion, par une meilleure coordination des systèmes sociaux nationaux, et par le développement d’une carte étudiante européenne.

J’ai voté en faveur de ce rapport qui rappelle utilement un succès mérité de l’Union mais donne des pistes pour sa simplification et sa meilleure utilisation.

 

Rapport Krehl – Première stratégie spatiale européenne

L’espace constitue un champ d’investigation, de développement et d’innovation considérable, et dont dépendent un nombre croissant de services et de technologies. Il est tout à fait salutaire que l’Union européenne, déjà dotée de services communs (l’agence spatiale européenne) se dote à présent d’une doctrine. C’est l’objet de la première Stratégie spatiale européenne proposée par la Commission européenne à la fin de 2016.

La réflexion a permis de faire émerger des priorités pour maintenir l’Europe parmi les toutes premières puissances spatiales, et contribuer aux défis globaux plus activement. Le texte recommande ainsi de développer une filière de satellites Sentinelles dédiée au climat ; réclame une préférence européenne pour les lanceurs, et nous demandons enfin de renforcer les capacités humaines pour les programmes Galileo et EGNOS. Le recours à des prestataires privés doit également être privilégié dans les seuls cas où il est absolument nécessaire.

Ces premières lignes stratégiques sont donc une bonne nouvelle, tant pour l’établissement d’une doctrine européenne que pour la protection de notre souveraineté en matière de conquête spatiale, et pour notre participation à la lutte contre le changement climatique.

J’ai voté en faveur de ce rapport.

Rapport Valero – Exportation d’armements

La position commune de l’UE 2008/944/PESC sur les exportations d’armements impose aux États membres d’évaluer les demandes d’exportation d’armement aux pays tiers, notamment pour garantir le respect du droit international, des droits de l’homme, ou encore de la stabilité régionale.

Le rapport dresse un bilan critique mais pertinent des destinations et types d’armements vendus par l’Union européenne, 2ème exportateur mondial d’armes après les États-Unis.

Des requêtes conformes aux objectifs socialistes ont été approuvées, avec en particulier une meilleure attention portée à la cybersécurité, la demande d’un meilleur respect et d’un cadre pour les lanceurs d’alerte dans le secteur de l’armement, et surtout la demande de création d’une liste noire des entités publiques et privées soupçonnées d’avoir outrepassé les dispositions de la position commune de l’UE en matière de vente d’armes. Enfin, la fermeté concernant, en particulier, l’Arabie saoudite, a prévalu : le Parlement a rappelé que sa position, conformément à une résolution de 2016, est celle d’un embargo sur la vente d’arme à destination de Riyad.

J’ai voté en faveur de ce rapport.

Objection à la proposition de la Commission de modification des conditions à l’importation des denrées originaires de Fukushima

Vote POUR

Peut-être sur la demande du gouvernement japonais avec qui elle négocie actuellement un accord de libre-échange, la Commission a proposé de diminuer le nombre de produits originaires de Fukushima devant subir des contrôles radioactifs avant leur entrée sur le marché européen.

Estimant cette initiative malvenue et précipitée, j’ai objecté comme la plupart de mes collègues parlementaires à la proposition de la Commission.

Répercussions du commerce international et de la politique commerciale de l’UE sur les chaînes de valeur globales

Rapport ARENA (S&D)

Vote POUR

Avec le rapport Arena, le Parlement européen s’intéresse pour la première fois à la régulation des « chaînes de valeurs mondiales ». Née avec la mondialisation, cette expression renvoie à la nouvelle division internationale du travail, dans laquelle la fabrication, la mise sur le marché et le traitement d’un seul produit sollicite un réseau complexe d’acteurs économiques. Ce nouveau type d’organisation, dans un cadre juridique flou, a le désavantage de permettre à certaines entreprises européennes d’agir en toute irresponsabilité vis-à-vis de leurs fournisseurs, sans se soucier de l’impact de leur activité sur les populations locales.

Fort judicieusement, le rapport Arena apporte des solutions concrètes et ambitieuses pour encourager les pratiques vertueuses. Dans les accords de libre-échange, il s’agira d’inclure des règles contraignantes en matière de respect du droit du travail et des droits de l’homme, sous peine de sanctions. D’un point de vue plus général, il faudra étendre les mesures de « diligence raisonnable » qui existent pour le contrôle de l’approvisionnement en minerais issus de zones de conflit, afin de forcer les entreprises européennes à se renseigner sur les pratiques de leurs fournisseurs et éviter de contribuer, indirectement, à des situations d’exploitation inacceptables. j’ai soutenu le rapport.