Pas en notre nom !

Je m’adresse à vous, camarades socialistes de la majorité du PS que je sais sincères. Vous estimez que, compte tenu du contexte difficile, de la nature de nos institutions, il faut savoir faire bloc derrière le président et le premier ministre qui sont issus de nos rangs.Parce qu’il y a en face de nous une droite à l’offensive, une extrême droite en embuscade. Parce que l’exercice du pouvoir est rendu compliqué par un extraordinaire réseau de contraintes. Je peux comprendre cela. Je peux même comprendre, parce que rien ne m est plus étranger que le sectarisme, que la démarche de celles et ceux qu’on appelle abusivement les “frondeurs” vous agace parfois, compte tenu de la gravité du moment.

PS-logoMais avouez que, depuis quelques mois, les choses se sont considérablement aggravées. Le débat sur la déchéance de nationalité, la position du premier ministre sur les réfugiés, sa déclaration sur l’existence de “deux gauches irréconciliables” et, maintenant, cet ahurissant projet sur le droit du travail, visant tout bonnement à déconstruire….tout ce que la gauche politique et sociale avait patiemment conquis pour les salariés de ce pays.

Nous n’avons pas une mémoire de poisson rouge : il y a moins de cinq ans, nous aurions défilé tous ensemble, avec le reste de la gauche, dans la rue, contre chacune des mesures qui est aujourd’hui prévue dans le projet El Khomri. Il y a moins de cinq ans, nous expliquions que ce n’était pas en travaillant plus et en facilitant les licenciements qu’on parviendrait à faire reculer le chômage de masse. Que ce n’était pas en rognant les droits des salariés qu’on allait gagner la bataille de l’emploi. Ce que nous avons dit hier reste vrai aujourd’hui. Nous n avons pas été élu(e)s pour cela!

Les camarades siégeant à l’assemblée nationale au nom de notre Parti n’ont pas été élu(e)s pour cela ! Commencer par le mariage pour tous et finir par la déchéance pour tous et la fin des 35 heures : cela ne peut pas être le destin de ce quinquennat. Dans les sections, dans les fédérations, faisons passer ce message simple : pas en notre nom !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*