Les tablettes connectées renforcent l’articulation entre CFA et entreprise

Pour la région Île-de-France, le développement de l’apprentissage passe par la synchronisation entre la formation suivie par les apprentis et leur activité en entreprise. Depuis 2009, nous avons expérimenté puis développé ce que nous avons appelé « l’alternance proactive », une méthode qui s’appuie sur l’anticipation par la formation des activités imminentes des apprentis dans leurs entreprises. Sa mise en oeuvre dans les CFA [centres de formation d’apprentis, ndlr] nous a permis de renforcer l’attractivité des formations pour les employeurs mais aussi et surtout l’envie d’apprendre des jeunes. Concrètement, ce sont 5 000 ruptures de contrat qui ont ainsi pu être évitées depuis cinq ans.

Au vu de ces résultats pour le moins encourageants, nous avons cherché comment généraliser l’alternance proactive. Et très vite, il est apparu que la tablette connectée était l’outil adéquat pour renforcer cette articulation entre le CFA et l’entreprise. Dans un premier temps, 500 tablettes ont été cofinancées par la région pour les apprentis et les formateurs du CFA AFI24. Le bilan positif de cette expérimentation nous a décidés à en doter 4 000 apprentis et formateurs supplémentaires en 2014.

Nous avons lancé un appel à manifestation d’intérêt (AMI) auprès des opérateurs de téléphonie pour qu’ils proposent des tablettes connectées (3G illimité) à tarif préférentiel aux CFA. C’est l’offre des sociétés françaises Archos, SFR et Econocom qui a été choisie par la quasi-totalité d’entre eux dans le cadre de leur réponse à notre appel à projets. Autre point essentiel, nous avons accompagné dès le départ les CFA dans l’utilisation pertinente des tablettes connectées par les jeunes et surtout par leurs formateurs, qui ont été sensibilisés et formés à cet effet.
Le numérique permet réellement d’individualiser la formation. Nous le voyons avec les tablettes connectées, qui favorisent l’anticipation des activités imminentes des jeunes en entreprise. Elles dépoussièrent les carnets de liaison des CFA, qui n’ont jamais vraiment fonctionné. Les apprentis, les formateurs et les tuteurs ont maintenant entre leurs mains des carnets numériques de synchronisation. Par ailleurs, le numérique rend la formation plus efficace et accélère l’acquisition des compétences. Avec le président Jean-Paul Huchon nous prônons la généralisation des tablettes connectées pour tous les apprentis franciliens et leurs formateurs. L’année 2015 constituera une étape importante dans cette perspective. Nous comptons dépasser le cap des 15 000, grâce à des partenariats avec les OCTA [organismes collecteurs de la taxe d’apprentissage, ndlr], les branches, avec des fonds européens mais aussi dans le cadre du Programme d’investissement d’avenir. Cet objectif, pour être atteint, suppose de réaliser un tour de table à la hauteur de l’ambition.

Retrouvez cet article sur le site d’Acteurs publics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*