Voici le discours que j’ai prononcé lors de cette conférence débat. « Tout d’abord, je voudrais vous remercier de m’avoir invité à intervenir devant vous; qui plus est sur un sujet qui requiert une attention particulière des élus du Conseil Régional, et de l’exécutif, parce qu’il concerne directement une de nos compétences clés : la formation professionnelle, en lien avec l’égalité professionnelle.

D’abord, vous dire que la lutte contre les discriminations est au cœur des politiques en faveur du développement économique, de l’emploi et la formation professionnelle. Ce n’est pas pour rien que 55% des réclamations reçues par la HALDE concernent les discriminations dans le domaine de l’emploi, de la formation et de l’éducation.

C’est la raison pour laquelle, après une démarche concertée d’élaboration, le rapport cadre Engagement régional pour une politique intégrée de lutte contre les discriminations, a été adopté par l’assemblée régionale en septembre 2007. Aujourd’hui, les grands axes de ce rapport sont mis en œuvre, dans le cadre de ses compétences en matière de formation professionnelle, d’emploi et de développement économique, mais également dans un travail transversal avec d’autres Unités.

Une « Convention régionale pour l’égalité entre les filles et les garçons dans le système éducatif »a été signée par le Préfet de Région, le Président de la Région et les trois recteurs des académies de Paris Versailles et Créteil. Elle est copilotée par l’Etat et la Région et a pour objectif l’élargissement des choix d’orientation, la prévention des comportements sexistes et la formation des enseignants et formateurs sur cette thématique.

Le Président Huchon a signé en juin 2008 la « Charte européenne pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans la vie locale ».

Dans le « Contrat d’objectifs et de moyens pour le développement et la modernisation de l’apprentissage en Ile-de-France » sur la période 2011-2015 entre l’Etat et la Région Île-de-France, on peut noter l’objectif affiché d’une hausse du nombre des jeunes femmes dans l’apprentissage qui ne représente aujourd’hui que 37 % des effectifs, pour atteindre l’objectif de 50 % en 2015. Ainsi, seront encouragées les actions relatives à l’élargissement des choix professionnels pour les jeunes filles, la production de statistiques sexuées, la formation des personnels des CFA sur les questions d’égalité Femmes/Hommes… Ces actions ont pour objectifs d’encourager l’accès des jeunes femmes à l’apprentissage ainsi que de combattre les stéréotypes de genre.

Dans cette même logique, nous souhaitons consolider les partenariats, mailler le territoire. Il est, en effet, essentiel que l’égalité femmes-hommes ne soit pas seulement une politique du Conseil régional mais bien une politique partagée entre pouvoirs publics et acteurs professionnels.

Avant l’accès à l’emploi, nous avons un gros travail à faire sur l’accès au stage, à la formation et à l’apprentissage. Pour cela, il est essentiel de développer une démarche intégrée qui permet une articulation de la démarche de lutte contre les discriminations, et plus particulièrement de l’égalité femmes-hommes à l’ensemble des dispositifs qui relèvent des compétences régionales, mais aussi qui permet de contractualiser avec nos partenaires, dans les domaines de l’emploi, de la formation professionnelle et de l’apprentissage.

L’objectif étant de faire entrer les femmes dans l’ensemble des métiers et dans les instances de décision. Un objectifs qui se justifie simplement parce qu’elles sont présentes, bien formées, prêtes à s’investir et que les compétences n’ont pas de sexe. »

Seul le prononcé fait foi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*